Les tribulations de Lady Eleanor Grant, tome 1 : La première reine

La dernière reine
La première reine, de J. James

J’inaugure donc ce blog avec une lecture découverte tout à fait par hasard au Salon Fantastique 2018, à Paris. Passant devant le stand de J. James, j’ai tout de suite été attirée par la couverture et les goodies disponibles. Soyons claire : l’illustration de Lowenael m’a tout de suite convaincue que je devais acheter ce livre. Superficielle, moi ?

4e de couverture

1910.
Après des années d’un mariage désastreux, Lady Eleanor Grant est enfin libre de mener sa vie comme elle l’entend. Grande amatrice d’égyptologie, elle décide de se rendre dans ce pays qu’elle a si souvent fantasmé, l’Égypte. Là-bas, elle va faire la connaissance de Karl Schaffenberg, un éminent professeur allemand. A eux deux, ils décryptent de vieux parchemins, trouvés dans la tombe d’un Grand Prêtre, qui leur révèlent une fantastique découverte : une nouvelle reine égyptienne, Nitetis, inconnue jusqu’alors, vient complètement bouleverser l’ordre dynastique. Lors de cette enquête, Eleanor est amenée à recroiser la route du brillant gallois, Warren Crowley.
Intrigué, ce dernier se laisse entraîner par cette étrange aventure, et se révèle être un précieux allié, pour suivre les traces de cette reine oubliée. Mais pourquoi n’a-t-on jamais entendu parler de cette Nitetis ? Qu’a-t-elle donc fait pour subir la Damnatio Memoriae ? Parfois, certains secrets bien gardés devraient le rester.

Mon avis

J’avais préparé une chronique coup de cœur avant de terminer ce roman, qui m’a tenue en haleine jusqu’à la fin. Hélas, cette dernière m’a obligée à revoir ma copie. Et pourtant !

Dès les premiers mots, fort bien maîtrisés, J. James nous entraîne dans son univers : le début du XXe siècle, un monde rétrograde où les femmes n’ont malheureusement pas leur mot à dire. La documentation de l’autrice est riche et on sent, au fil des pages, qu’elle s’est attelée à se renseigner sur son sujet. Ainsi, la représentation de l’époque, de ses mœurs, le dépaysement que représentait l’Égypte, la misogynie habituelle, et même les réminiscences de l’Égypte antique, tout contribue à nous plonger dans l’ambiance de ce roman.
Bien que l’histoire puisse paraître longue à se mettre en place, l’introduction est loin d’être ennuyeuse, bien au contraire. J. James prend le temps de nous présenter son héroïne ; j’ai particulièrement apprécié son vécu, très original et qui donne une grande profondeur et une vraie réalité à son personnage. Bien que dotée d’une forte personnalité, Eleanor sait qu’elle doit se soumettre à ce monde où les hommes décident pour elle, et tout en s’y astreignant, elle ne perd jamais cette ténacité et ce caractère qui font son charme. J’ai apprécié les autres qui, bien qu’archétypaux (le baroudeur séducteur, le vieux professeur, le contremaître égyptien…), restent malgré tout très sympathiques et tous dotés d’une identité attachante.
L’histoire se développe selon un schéma somme toute classique pour ce genre de roman, à mi-chemin entre « La momie » et un bon vieux Indiana Jones. On suit les recherches préliminaires, le voyage, qui aboutissent à la découverte du tombeau et l’exploration de celui-ci, avec toutes les énigmes, les questions et les péripéties qui en découlent. Et pourtant, bien que maintes fois éculée, la formule fonctionne toujours aussi bien (en tout cas sur moi). Je me suis passionnée pour cette aventure riche en rebondissements et en révélations. L’autrice nous dévoile petit à petit l’histoire de cette fameuse première reine, par flash-back très bien retranscrits, au point d’en arriver à cette découverte incroyable et terrifiante (mais je n’en dirai pas plus).
Ce livre a donc failli être un coup de cœur, mais les dernières pages l’ont malheureusement fait chuter. Là où j’espérais une mise en bouche pour le tome suivant dans le domaine de l’aventure, c’est d’autres choses qui nous sont annoncées, mais pas celles qui m’ont fait le plus vibrer dans ce premier opus (et qui, je le sais, ne me feront pas vibrer dans le second). Peut-être aurait-il mieux valu raccourcir cette fin, ou prendre le lecteur à contre-pied avec une décision venant d’Eleanor elle-même, je ne sais pas, mais cet épilogue me laisse un goût amer. Je n’ai hélas pas été sensible à ces ultimes rebondissements, qui pour moi desservent ce roman pourtant excellent. J’espère que la suite saura ne pas s’attarder trop longuement sur tout ça.

Au niveau de la forme, le livre peut rebuter de prime abord par sa taille et la petitesse de ses caractères. 398 pages écrites en tout petit, c’est assez effrayant, je l’avoue, mais l’écriture fluide de J. James et l’histoire en elle-même font vite oublier ce détail et les pages défilent très rapidement. Par contre, les illustrations de Lowenael sont juste merveilleuses. Je n’avais qu’une hâte : tomber sur la prochaine en cours de lecture. Quel trait ! La couverture envoie du lourd. C’est du grand art, bien que le pelliculage ne soit cependant pas excellent. Après mes nombreuses heures de lecture, il a finit par se décoller sur le bord et en bas, là où ma main tient le livre.
Le seul véritable bémol est toutefois le nombre de fautes. Je sais qu’il s’agit d’auto-édition et donc qu’il n’y a pas de relecture professionnelle, mais j’ai tout de même trouvé qu’il y en avait beaucoup. Cela dit, cela ne m’a nullement empêchée de continuer, et d’ailleurs bien souvent ça ne m’a pas fait sortir de ma lecture, tant l’histoire était prenante. Finalement, grâce à la qualité du texte lui-même, les fautes en deviennent négligeables.

Bref, une lecture très agréable et une belle découverte, malgré cette fin qui ne m’a pas convaincue, mais ce détail qui m’est personnel ne rebutera sans doute pas d’autres lecteurs. A découvrir sans la moindre hésitation.

En conclusion

  • une intrigue passionnante
  • une écriture maîtrisée, un sujet documenté
  • des personnages attachants, en particulier l’héroïne
  • des illustrations superbes

Les détails techniques

Titre complet : Les tribulations de Lady Eleanor Grant, tome 1 : La première reine
Autrice : J. James
Illustratrice : Lowenael
Édition : Auto-édition
ISBN : Néant ?
Genre : Fantastique, aventure, historique
Pages : 398
Prix : 20€

 


3 réflexions sur “Les tribulations de Lady Eleanor Grant, tome 1 : La première reine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s